Bilan 2020 : Confinement, comment se sont adaptées les entreprises ?

Pendant le premier confinement, quatre entreprises sur cinq ont enregistré une baisse brutale de leur activité, un tiers l’ont suspendue. Pour résister, 84 %des sociétés ont utilisé les dispositifs gouvernementaux de soutien, selon une récente étude de l’Insee.


Bilan 2020 : Confinement, comment se sont adaptées les entreprises ?
Bilan 2020 : Confinement, comment se sont adaptées les entreprises ?

La crise de la Covid a bouleversé l’organisation et l’activité des entreprises. L’Insee confirme la baisse « historique » de l’activité, dans une étude réalisée en automne et publiée en décembre dernier. Pendant le premier confinement, au moins quatre entreprises sur cinq ont enregistré une baisse brutale de leur activité. En comparaison avec la même période de l’année 2019, celle-ci a chuté de 10 à 50% pour un tiers des sociétés et de plus de 50% pour un deuxième tiers, selon l’Insee. Au cours du premier semestre 2020, le niveau d’activité a diminué de 17% en moyenne par rapport à la même période de 2019, mais 25% des sociétés déclarent enregistrer un recul d'au moins 30%. Lors des deux premières semaines de septembre 2020, le taux d’activité a chuté de 13%, en moyenne, par rapport à la même quinzaine de l’année précédente.

Baisse drastique de l’activité dans les TPE et PME

Les petites entreprises ont était plus impactées. L’effondrement de l’activité lors du premier confinement a été davantage ressenti par celles employant 10 à 49 salariés, indique l’Insee. : 36% d’entre elles ont connu une régression d’activité de l’ordre de 50%, contre 28 % pour celles comptant plus de 250 salariés. Sans surprise, les entreprises qui ont été le plus touchées, sont, celles spécialisées dans l’hébergement et les activités culturelles (plus de 50 % de perte pour plus de sept entreprises sur 10) et la restauration (six sur 10). A l’opposé, seules 6 % des sociétés ont connu une hausse de leur activité, dans le commerce de détail et la pharmacie, en particulier.

Le secteur de la restauration nettement pénalisé

Au printemps 2020, lors du premier confinement, plus du tiers (34%) des entreprises ont fermé leurs établissements, pour une durée moyenne de 57 jours, le plus souvent suite à une décision administrative (65%), des difficultés d’approvisionnement (8%) ou encore des problèmes de débouchés (7 %). Dans ce sens, 87% des entreprises appartenant au secteur de la restauration ont vécu au moins un arrêt provisoire, 68 % dans l’hébergement ou dans les services à la personne et les activités culturelles et récréatives (56%).

Chute de la demande

Pour 66% des sociétés interrogées le recul de leur activité s’explique aussi en raison de la baisse de la demande ; 58% mettent en avant des problèmes d’approvisionnement. La moitié des entreprises, soulignent les difficultés rencontrées au niveau logistique. Les contraintes financières, notamment en matière de trésorerie, ont été avancées par 34% des entreprises (43 % des entreprises de 10 à 49 salariés).

Recours massif au chômage partiel

PGE (prêts garantis par l’Etat), chômage partiel, reports d’échéances sociales et fiscales … Pour assurer leur survie, plus de quatre entreprises sur cinq ont utilisé ces mesures de soutien de l’État. Lors du premier confinement, le chômage partiel a été utilisé par 70% des sociétés. Le report des échéances sociales a constitué une solution pour 53% d’entre elles, le PGE pour 41 %. 86 % des entreprises employant 10 à 249 salariés ont adopté des mesures d’urgence, contre 79 % des sociétés de plus de 250 salariés, tandis que les petites entités du commerce de détail (5 à 9 salariés) ont eu recours à l’offre de soutien des TPE, de 1 500 euros (22%).

Adapter l’offre

Afin de faire face à la crise, les entreprises ont aussi adapté leurs offres, soit, globalement, 20% d’entre elles, et plus nettement dans l’hébergement (36%) et le commerce de détail (26%). Parmi les entreprises qui ont modifié leurs offres, 69% ont choisi d’éliminer complètement des produits ou encore des services. C’est le cas notamment des sociétés des secteurs de l’hébergement (84%) et de la restauration (86 %).

Les efforts d’adaptation ont aussi porté sur leur logistique commerciale, pour 52% des sociétés : 14% d’entre elles (surtout les PME de plus de 50 salariés) ont développé la vente en ligne, 10% ont employé le drive et la livraison à domicile et 1% ont vendu leurs produits, soit directement ou via une plateforme collaborative. Nombre d’entre elles ont aussi été contraintes de revoir leurs relations clients/ fournisseurs : 46 % les ont ainsi suspendues avec au moins une partie de leurs fournisseurs ou de leurs clients durant le confinement, précise l’Insee.

Enfin, le télétravail s’est imposé : il a été mis en place par 40 % des sociétés, en particulier dans les grandes entreprises et le secteur des services. Et cette pratique pourrait s’installer puisque, en septembre dernier, 26 % des entreprises souhaitaient y recourir davantage, de façon pérenne ou transitoire...à suivre.

Jihane MANDLI et B.L