RH

Pourquoi le télétravail « n’est plus l’eldorado pour les salariés » ?

Suite à la crise sanitaire qui a bousculé nos quotidiens professionnels, notamment avec la généralisation du télétravail, la plateforme spécialisée dans le recrutement, Welcome to the Jungle, a dévoilé les résultats de son enquête annuelle sur les perceptions et les préférences des Français en termes de flexibilisation des rythmes de travail.


Pourquoi le télétravail « n’est plus l’eldorado pour les salariés » ?
Pourquoi le télétravail « n’est plus l’eldorado pour les salariés » ?

Télétravail partiel ou complet, horaires plus flexibles, semaine de quatre jours, congés illimités… Dans la deuxième édition de son Observatoire des rythmes de Travail*, Welcome to the Jungle (WTJ), plateforme spécialisée dans le recrutement, dévoile les attentes des Français en termes de rythme de travail. Avec la crise, les entreprises ont basculé en télétravail de manière soudaine et souvent subie, donc non préparée, avec des conditions parfois contraignantes pour les salariés, comme la garde des enfants ou le manque d’espace dédié. « C’est comme si on avait vécu en un an ce qui aurait normalement dû se passer en quatre ou cinq ans. Les entreprises, comme les collaborateurs,·n’ont pas eu le temps de se préparer, de trouver les bons outils, ni de mettre en place les bonnes pratiques », note Jeremy Cledat, CEO et co-fondateur de WTJ.

Un sentiment d’isolement exacerbé

Le problème, soulevé par Isabelle Rey-Millet, sociologue et directrice du cabinet de conseil Ethikonsulting est que les entreprises n’ont pas « proposé ce télétravail dans de bonnes conditions, et ne l’ont pas encadré. Ils n’ont pas non plus toujours fixé d’objectifs clairs ni donné du sens aux salariés. De fait, cela constitue moins un eldorado pour certains salariés qui ont été mal suivis par leur entreprise ». De fait, les rythmes flexibles ont perdu en attractivité : seuls 56% des salariés veulent travailler dans une entreprise dans laquelle les rythmes de travail sont flexibles, contre 60% en 2020. Les collaborateurs ont surtout pris conscience des effets pervers du télétravail : invasion du travail dans la sphère privée, perte de liens sociaux… S’il a un impact positif sur le sentiment d’autonomie des salariés (61%), il développe également un sentiment d’isolement (26%). Et davantage lorsqu’il est complet (47%, +7 points). Le télétravail à 100 % a aussi plus d’effets négatifs que le distantiel partiel sur les relations avec collègues (45%, +15 points), le sentiment d’appartenance (30%, +12 points) et les relations avec la hiérarchie (24%, +10 points).

Pour maintenir le lien et les échanges entre ses salariés éparpillés aux quatre coins du monde, Platform.sh, en full remote depuis sa création en 2010, privilégie les petites équipes rapprochées et les réunit régulièrement pour brainstormer. « Les équipes ont un besoin accru de communication interne, signale Jeremy Cledat. Les entreprises doivent être transparentes, partager un maximum d’infos et s’assurer que tous les collaborateurs sont au clair sur les objectifs globaux et le sens commun. »

Compatibilité avec leur bien-être

Tous ces inconvénients du télétravail poussent les salariés à remettre en question les rythmes flexibles comme une pratique favorisant le bien-être au travail. Ils sont moins nombreux à trouver que les dispositifs d’aménagement du temps de travail ont un impact positif sur leur bien-être (73%, -6 points), leur productivité (66%, -5 points) et leur investissement dans le travail (65%, -8 points). Seuls 52% considèrent que ces dispositifs ont un effet favorable sur le sentiment d’appartenance ; 10% trouvant même qu’ils ont un impact plutôt inverse. Les salariés sont aussi plus nombreux·à estimer que leur rythme de travail s’est accéléré depuis 2020. La surcharge de travail reste la première cause de déséquilibre entre vie privée et vie professionnelle (48%), surtout parmi les cadres (54%). Conséquence, un salarié sur deux considère qu’il doit toujours travailler dans l’urgence (+1 point, par rapport à 2020), que le temps manque pour réaliser un travail de qualité (+2 points) et qu’il n’a pas le temps d’apprendre des choses nouvelles et intéressantes (+ 3 points).

Pour s’assurer de leur bien-être, Platform.sh interroge régulièrement ses collaborateurs via des enquêtes biannuelles de satisfaction. « Il faut individualiser les situations de travail et de soutien, car elles varient d’un collaborateur à l’autre », soutient Céline Mechain, sa directrice des ressources humaines. En cela, le rôle du management est clé. « Les managers doivent réussir à développer autre chose que du ‘command and control’ et recréer de l’osmose, de la convivialité et de la sérendipité dans l’entreprise, pour remettre du plaisir à travailler ensemble, en distantiel », explique Isabelle Rey-Millet.

Le salaire plus plébiscité qu’auparavant

Devançant le sacro-saint équilibre entre vie privée et vie professionnelle, le salaire (90%) serait désormais le critère qui contribue le plus au bien-être au travail. « Face aux retombées économiques de la crise sanitaire, les salariés privilégient désormais leur sécurité financière », explique Héloïse de Montety, responsable des contenus chez WTJ. Quand ils ont un doute sur la pérennité de leur entreprise ou de leur job, « ils ont besoin d’être rassurés et se focalisent dessus », ajoute Jeremy Cledat.

Autres enseignements de l’étude, les salariés valorisent leurs relations avec la hiérarchie (82%, +2 points par rapport à 2020) et les responsabilités associées à leur poste (69%, +3 points). Si le télétravail a été quelque peu malmené avec la crise, les différents experts assurent de concert que les entreprises qui appliquent des rythmes flexibles restent toujours plus attractives que les autres. « Les candidats attendent à minima la possibilité de faire du télétravail partiel. De fait c’est un critère que les entreprises mettent en avant dans leurs offres d’emploi, soutient Jeremy Cledat. Si elles n’en proposent pas, elles verront leurs talents partir. ». Autre avantage de taille : la possibilité de recruter des candidats partout dans le monde et donc de gagner en diversité. Pour Céline Mechain, une entreprise en télétravail total constitue un « facteur différenciant » pour les candidats : « cela confère à l’employeur une image sur le marché de flexibilité, de diversité et de multiculturalisme qui est très recherchée. » La DRH pointe, néanmoins, du doigt les limites du système : « Le télétravail ne s’applique pas à tous les profils, mais à des personnes très confirmées ou autonomes qui savent télétravailler. »

*Enquête Ipsos réalisée auprès de 1 000 Français de18 ans et plus, interrogés via Internet, du 15 au 24 décembre 2020

Charlotte DE SAINTIGNON